Translate this article

Implication des Etats-Unis d’Amérique dans l’escroquerie et le blanchiment des royalties FERRAYÉ
.

Présidence George H.W. BUSH – 41e Président / 01.1989 – 01.1993
.

Lors de l’invasion du KOWEIT en 1991, les Etats Unis étaient sous la Présidence du Texan (Rép.) Georges H.W. BUSH. Richard Bruce (Dick) CHENEY (Rép.) était secrétaire à la Défense, et c’est lui qui a lancé l’opération “Tempête du Désert” contre les troupes de Saddam HUSSEIN. Dick CHENEY est ensuite devenu vice-Président des USA, sous la Présidence du plus inculte et menteur président des Etats-Unis, Georges W. BUSH.

Pour l’extinction des puits pétrolifères au KOWEIT, diverses sociétés américaines étaient actives dont HALLIBURTON qui selon WIKIPEDIA a contribué à l’extinction et au blocage de 725 puits au Koweit. Pourtant, HALLIBURTON n’a pas figuré sur la liste des sociétés établie par la KPC. Comme la totalité des puits éteints et bloqués était de 1’164 unités selon extrait de l’Etat du KOWEIT, on peut en déduire que les coûts pour le traitement de quelque 469 puits, qui ont bien évidemment été indemnisés, ont tout simplement été détournés… Alors qui ont été les bénéficiaires de plus de 26 milliards versé par le KOWEIT pour ces 725 puits ? HALLIBURTON qui ne figure pas sur la liste KPC et qui a pourtant été active au KOWEIT ? ou les Gouvernements sous couverture d’HALLIBURTON ?

Notons que les presque 100 milliards de dollars versés par le KOWEIT pour l’extinction des puits, ne comprennent pas le produit de la vente des systèmes pour quelque 3’600 milliards USD en 1992.

Les procédés de Joseph FERRAYE ont révolutionné 15 à 20 mille fois tous les procédés classiques de l’époque. Le processus a été nommé KILL SPOOL au lieu de KILL WELL d’où la différence des deux procédés. En cadeau, ce procédé a permis la réutilisation des mêmes puits avec les intérêts financiers décrits ci-dessus. C’est sur ces bases que l’offre FERRAYE a été augmentée par 2.6

Joseph FERRAYÉ avait fait une offre de USD 30 million /unité pour l’extinction et le blocage des puits et qu’il a été écarté des négociations, parce que les pays de la coalition ont voulu multiplier le coût de maîtrise des puits par 2.6 par rapport à l’offre de l’Inventeur. Dès lors, 725 puits à 30 mio * 2.6 = 56’550’000’000 de dollars et pour la totalité des 1’164 puits : USD 90’792’000’000 à la charge de la population iraquienne au travers du programme de l’ONU “Pétrole contre nourriture”

Comme Secrétaire à la Défense, Dick CHENEY était le Commandant en Chef des troupes américaines, après le Président. Les groupes d’intervention étaient donc assurément sous son autorité et ce n’est certainement pas un hasard s’il a été nommé à la Présidence de HALLIBURTON en 1995, société qui a obtenu de gros contrats en IRAK en 2003. Ce n’est pas un hasard non plus s’il est devenu vice-Président des Etats Unis de 2001 à 2009 après l’élection de Georges W. BUSH.

La DEA (Drug Enforcement Administration) qui dépend directement du Service Fédéral de la Justice est dirigée par un Administrateur désigné par le Président. Le Département fédéral de la Justice est dirigé par le Procureur général, qui lui-même est membre du Cabinet présidentiel. Les membres du cabinet sont nommés par le président puis présentés au Sénat des États-Unis pour avis et consentement (advice and consent, termes utilisés dans la Constitution, procédure par laquelle le Sénat approuve et confirme cette nomination ou la rejette, par un vote à la majorité simple). Si la nomination est approuvée, le nouveau membre du cabinet prête serment, reçoit le titre de secrétaire (Secretary), puis débute son mandat.

William BARR

William BARR était du 20 novembre 1991 au 20 janvier 1993, procureur général des Etats-Unis. C’est donc de lui que dépendait la DEA, sous la Présidence de Georges H. W. BUSH lors de la première escroquerie des royalties FERRAYÉ.

La DEA a joué un rôle primordial lors du transfert des fonds escroqués depuis 1991. Les transferts étant faits en Dollars, la responsabilité en incombait donc aux Etats-Unis qui devaient veiller à au respect des transactions selon la Loi. Le sceau de la DEA était apposé sur tous les ordres de virements, pour échapper au organes de surveillance officiels des Etats. Le responsable du crime précité était Patrick DAWSON, alias Dave ROWE, qui était le chef de la DEA pour la France et résidait alors à Gland en Suisse. Il avait été condamné en Suisse pour activités financières illégales et blanchiment d’argent, avant de reprendre son rôle au sein du complot en 1996 après la levée des séquestres par le Procureur général genevois Bernard BERTOSSA.
.

Présidence William Jefferson (Bill) CLINTON – 42e Président / 01.1993 – 01.2001
.

Bill CLINTON (Démocrate) a été Président de 1993 à 2001 et c’est sous sa présidence que la plus grande partie des royalties FERRAYÉ ont été escroquées, puis blanchies après la levée du séquestre en 1995.

Les mouvements financiers ont tous été réalisés en Dollars avec la complicité de la DEA et la complicité de la Federal Reserve (FED) et de la Mafia Russe comme en témoigne le dossier Money Plane !

L’ère CLINTON a été marquée d’un autre fait important qui semble démontrer que la corruption de la plus grande puissance mondiale, s’est propagée tant au niveau économique que politique et militaire, depuis la Présidence.

Marc RICH est né à Anvers Belgique le 18 décembre 1934 au sein d’une famille juive émigrée aux USA durant la guerre. Son vrai nom était Marcell David REICH. Il est décédé le 26 juin 2013. Il cumulait les nationalités américaine, espagnole, israélienne, belge et suisse. Il habitait le Canton de ZUG en Suisse. Spécialisé dans le commerce de matières premières, Marc RICH avait fondé les sociétés Marc RICH SA, devenues plus tard GLENCORE-XSTRATA, TRAFIGURA basées entre autres à ZUG. La liste des sociétés dans lesquelles il est enregistré dans notre base de données, donne une idée de l’étendue de son influence économique.

Marc Rich a bâti une grande partie de sa fortune en contournant l’embargo sur l’Iran établi à la suite de la prise d’otages de l’ambassade des États Unis en Iran, le 4 novembre 1979 à Téhéran. Il fut pour cela poursuivi et condamné aux États-Unis pour violation d’embargo. Le 19 septembre 1983, un grand jury fédéral américain l’accuse de plus de 60 chefs d’inculpation : fraude, commerce avec l’ennemi, etc. Cette condamnation aurait pu lui valoir jusqu’à 325 années de prison. Mais elle a été prononcée par contumace, Marc RICH s’étant enfui en Suisse. Celle-ci a refusé l’extradition demandée en 1984 par les États-Unis. Marc Rich a installé à ZUG en Suisse, le siège de la plupart de ses sociétés. De 1983 à 2001, Marc RICH figure sur la liste des Dix Fugitifs les plus recherchés du FBI. C’est sur demande du 4 décembre 2000 du Président de UBS SA Pierre DE WECK que Marc RICH a obtenu le “Pardon présidentiel” de Bill CLINTON.

Le 20 janvier 2001, quelques heures avant que Bill CLINTON quitte la présidence, un de ses derniers actes officiels a été de gracier Marc RICH. Cette amnistie présidentielle a déclenché un scandale, amplifié lorsque l’on a appris que Denise RICH, ex-épouse de l’homme d’affaires, avait fait des dons d’un million de dollars au Parti démocrate et à la fondation des Clinton. Lors d’une audience du Congrès afin de déterminer si le pardon a été accordé en échange de ses contributions, Denise RICH a invoqué le cinquième amendement de la Constitution des Etats-Unis, qui interdit au gouvernement le pouvoir de contraindre un Citoyen à s’auto incriminer.

En avril 2013, dans le cadre de “Offshore leaks” concernant le scandale de l’évasion fiscale, certains dossiers financiers dévoilés ont démontré que Denise RICH avait dissimulé en avril 2006, USD 144 millions aux Îles COOK dans le Pacific sud, sous la forme d’une fiducie dans un Learjet 60 Inc et un yacht de 157 pieds appelé le “Lady Joy”.

Janet REMO

Janet REMO occupait le poste de Procureur général des Etats-Unis du 12 mars 1993 au 20 janvier 2001, sous la Présidence de Bill CLINTON et c’est dès lors d’elle que dépendait la DEA. Rappelons une fois encore que toutes les transactions relatives à l’escroquerie des royalties ont été réalisées en DOLLARS et que les Etats-Unis, qui n’ont pas veillé aux transferts touchant à leur monnaie, ont au surplus laissé exécuter les transferts en question grâce à la DEA et sont ainsi complices de l’escroquerie. Les USA portent une très lourde responsabilité envers les bénéficiaires légaux des royalties escroquées et nous allons devoir négocier cette responsabilité, pour que le Peuple américain n’ait pas à en supporter les conséquences…

Secrétaires d’État lors de la Présidence CLINTON

Christopher WARREN et Madeleine ALBRIGHT ont été les deux secrétaires d’Etat sous la Présidence de Bill CLINTON. Le Département d’Etat aux Etats-Unis est le Département exécutif fédéral chargé des relations internationales. Il est donc l’équivalent d’un ministère des affaires étrangères dirigé par le Secrétaire d’Etat qui fait partie du Cabinet Présidentiel, un organe exécutif à la disposition du président des États Unis et qui normalement agit comme une structure de conseil de la présidence.

Christopher WARREN a été en fonction du 20 janvier 1993 au 17 janvier 1997. Il avait succédé à James Addison BAKER III qui avait occupé la fonction sous la Présidence de George H. W. BUSH du 20 janvier 1989 au 23 août 1992, soit la première période de l’escroquerie des royalties depuis le KOWEIT.

Le 9 février 1993, Madeleine ALBRIGHT a été nommée Ambassadrice américaine aux Nations Unies par le Président Bill CLINTON, avec rang au Cabinet Présidentiel. Nous connaissons aujourd’hui le rôle capital qu’ont joué les Nations Unies dans le blanchiment des royalties FERRAYÉ et on comprend ainsi mieux pourquoi l’Ambassadrice avait accès au “Cabinet”… Madeleine ALBRIGHT a été nommée Secrétaire d’Etat par le Président CLINTON, le 5 décembre 1996 et fût investie le 23 janvier 1997.

En 2001 à la fin du mandat CLINTON, Madeleine ALBRIGHT a fondé l’Albright Group, un cabinet de conseil en stratégie internationale basé à Washington, D.C. Elle compta Coca-Cola, Merck, Dubai Ports World et Marsh & McLennan parmi ses clients.

En 2003, elle accepta une place au Conseil des Directeurs du New York Stock Exchange. En 2005, ALBRIGHT décida de ne pas solliciter un second mandat, suite aux conséquences du scandale Grasso, dans lequel le président du Conseil des directeurs de la NYSE, Dick Grasso, perçut pour son départ une indemnité de 187,5 millions de dollars, avec une gouvernance faible du Conseil dans lequel Albright siégeait…

Bill CAMPBELL – William Hedgcock WEBSTER

Sur plainte du 29 janvier 1996 déposée par Joseph FERRAYÉ et rédigée par les Avocats genevois Marc BONNANT et Dominique WARLUZEL, après que Daniel LEVAVASSEUR ait retrouvé l’ensemble des comptes sur lesquels les montants des royalties avaient été transférés en Dollars US (avec la complicité de la DEA), les fonds ont été séquestrés. Il s’agissait de milliers de milliards de dollars à travers le monde provenant de l’extinction des feux et de la vente des systèmes.

André SANCHEZ, Président de BCS Finance SA à Sion puis Fribourg (Suisse) était partie à la convention de séquestre du 12 janvier 1996 et avait été chargé de faire déposer l’acceptation et l’offre irrévocable de cession des droits litigieux dès réception des fonds qui devaient lui être transmis. Lorsque André SANCHEZ a pris conscience que la convention n’était pas respectée et que les fonds étaient détournés, il a menacé ses partenaires de les dénoncer. Il a été assassiné !

En décembre 1996, Joseph FERRAYÉ a fait l’objet d’une tentative d’assassinat par les responsables de la DEA. C’est en décembre 1996 que Bill CAMPBELL, chef de la DEA à l’époque dont William H. WEBSTER était le mentor, a demandé à FERRAYÉ de contacter Patrick DAWSON, chef DEA pour la France, qui voulait le rencontrer pour lui remettre des documents. Le rendez-vous a été fixé pour le lendemain à Paris, dans les bureaux de la DEA, entrée rue de la Boëtie, à l’arrière de l’Ambassade des Etats-Unis.

Bill CAMPBELL a passé 28 ans en tant qu’agent fédéral dans diverses fonctions d’enquête et de gestion auprès de l’Internal Revenue Service, du Federal Bureau of Investigation et de la Drug Enforcement Administration (DEA). Ses affectations comprenaient des affectations à Baltimore MD, Miami et Tampa FL. Il a servi en tant qu’agent de liaison DEA à l’ambassade des États-Unis à Berne, en Suisse, coordonnant les enquêtes conjointes américaines et suisses sur le blanchiment d’argent et la confiscation d’avoirs. Sa dernière affectation était à l’Unité des enquêtes financières du siège de la DEA. Ainsi, Bill CAMPBELL était donc directement en liaison avec de Département des Affaires Étrangères en Suisse, dirigé alors par le Conseiller Fédéral Flavio COTTI, qui était présent à Rio de Janeiro lors de la vente des systèmes qui ont donné lieu aux quelque 3’600 milliards de dollars de royalties.

Il est indispensable à ce stade, de prendre connaissance de la page « DEA »

Lors d’un entretien qui a eu lieu en novembre 2001 entre FERRAYÉ et Tullio PONZI (ami de William WEBSTER), ce dernier a confié à FERRAYÉ qu’il avait eu connaissance de sa rencontre avec DAWSON à la DEA à Paris et en a décrit les détails, particulièrement l’entrée secondaire située rue de la Boëtie où l’attendait DAWSON. PONZI a confirmé que ce jour là, cette entrée avait été libérée spécialement pour la venue de FERRAYÉ, qu’il n’y avait aucun témoin et que si FERRAYÉ n’avait pas été accompagné de son avocat ABECASSIS, il ne serait jamais ressorti des bureaux de la DEA

PONZI a aussi confié à FERRAYÉ lors du même entretien, que lorsqu’il a été entendu à deux reprises par Bill CAMPBELL à l’Ambassade des Etats-Unis à Berne – en décrivant la pièce – que leur conversation était transmise en directe au siège de la CIA aux USA… Ces révélations de Tullio PONZI confirment la complicité de Patrick DAWSON, alias Dave ROWE, dans la tentative d’assassinat de Joseph FERRAYÉ et Bill CAMPBELL en est le commanditaire !

Complicité de la DEA avec le Gouvernement fédéral suisse

Comme on l’a vu sur la page « DEA » c’est Bill CAMPBELL qui a envoyé FERRAYE chez DAWSON à Paris et ceci après que CAMPBELL se soit senti menacé par l’intervention des escrocs Michel VENEAU et Simon CARDI qui corrompaient des fonctionnaires de la DEA. Cette situation est corroborée par la lettre du 5 septembre 1996 de William J. CAMPBELL, chef de la DEA à Berne, à la Police fédérale Suisse. Dans cette lettre, William J. CAMPBELL fait une déclaration contraire à celle qu’il avait faite le 7 février 1996 quand il affirmait à FERRAYE, avoir remis tous les comptes bancaires à Gérard CRAUSAZ Inspecteur N° S8205 de la police financière de Genève, pour le Procureur KASPER-ANSERMET. Lors d’un entretien téléphonique le 8 février 1996 avec FERRAYÉ, Gérard CRAUSAZ avait effectivement confirmé avoir reçu les comptes bancaires par l’entremise de Bill CAMPBELL. Dans son courrier du 5 septembre 1996, CAMPBELL veut manifestement cacher son implication et soulève des interrogations pour masquer sa propre participation au détournement et au blanchiment des royalties !
.

Présidence George W. BUSH – 43e Président / 01.2001 – 01.2009
.

George W. BUSH

Georges W. BUSH (Républicain) a succédé à Bill CLINTON en janvier 2001 et a présidé les Etats-Unis jusqu’en 2009. Il avait été élu deux fois au poste de Gouverneur du Texas. Sa présidence est, entre autres, marquée par les attentats du 11 septembre 2001, par le déclenchement des guerres en AFGHANISTAN et en IRAK et par le “PATRIOT ACT”, puis par la crise des subprimes

En attaquant les tours jumelles du WORLD TRADE CENTER, le Président George W. BUSH a fait disparaître les preuves provenant de 4’000 enquêtes liées à l’escroquerie des royalties, qui allaient faire le lien avec la complicité du “Deep State” international.

Relevons surtout que c’est Michael B. MUKASEY qui était Juge fédéral de New York, au moment où le Démocrate Bill CLINTON, la FED et la DEA, blanchissaient les royalties au travers de la Mafia RUSSE…

Les liens de la famille BUSH et de la famille BEN LADEN qui géraient leurs patrimoines respectifs au travers du Groupe CARLYLE, vont être utilisés pour démontrer que le réseau financier de BEN LADEN a probablement été utilisé pour escroquer et blanchir les royalties FERRAYÉ et que les attentats du 11 septembre 2001 ne sont certainement pas étrangers à cette affaire.

William WEBSTER cité plus bas, ancien chef de la CIA et du FBI aurait déclaré à son ami Tullio PONZI que Jean-Marie GHISLAIN – Président de WILDROSE et de EVERTON Enterprise Ltd, deux sociétés coquilles mises en place par ERNST & YOUNG par conventions avec FERRAYÉ pour lui escroquer les royalties – apparaissait dans le réseau de blanchiment de Oussama BEN LADEN.

Souvenons-nous des premiers attentats contre le World Trade Center en 1993, puis ceux contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es-Salaam en 1998, ceux de Dharan, du Yémen (le navire USS Cole en octobre 2000). Ces attentat étaient susceptibles de porter la marque d’Oussama BEN LADEN, tout comme les attentats successifs partout dans le monde contre la HSBC.

C’est probablement ce contexte qui a donné l’idée au Gouvernement républicain de George W. BUSH, de commanditer les attentats du 11 septembre 2001 en faisant porter la responsabilité sur Oussama BEN LADENMais le Gouvernement BUSH avait sous estimé les conséquences de ses actes !

Il était primordial pour le Gouvernement de George W. BUSH, de mettre un terme aux plus de 4’000 procédures qui étaient en cours, en lien avec l’escroquerie des royalties et pour faire disparaître les archives qui se trouvaient dans les murs du World Trade Center. Ces procédures allaient immanquablement mettre en lumière les auteurs des crimes liés à l’escroquerie des royalties sur les brevets FERRAYÉ. La thèse du complot initié par les plus hauts dirigeants de l’Etat, devient alors confirmée.

Autre fait intrigant le jour des attaques du World Trade Center : le CREDIT SUISSE, l’une des banques instigatrice de l’escroquerie des royalties, occupait des bureaux pour 80 personnes dans les tours jumelles. Or le 11 septembre 2001, il n’y avait aucun employé CREDIT SUISSE présent à leur place de travail, la banque avait “organisé” une séance à l’extérieur…

Ces trois procureurs tortionnaires ont assouvi leurs fantasmes sous l’ère BUSH
.

John ASHCROFT a été à l’origine du Patriot Act (qui autorise entre-autres les recours à la torture) après les attentats du 11 septembre 2001. Son recours systématique à la menace terroriste pour justifier ses décisions politiques au risque de restreindre les libertés civiles, ont fini par le rendre lui-même suspect d’arrières pensées électorales. Il a fini par être le symbole et la référence des groupes anti-BUSH.

Alberto GONZALES a été à l’origine du décret présidentiel autorisant le recours aux tribunaux militaires pour juger les suspects de terrorisme, de l’argumentaire juridique utilisé pour empêcher le Congrès d’avoir accès aux documents préparatoires aux lois sur l’énergie et l’environnement et de la mise en place du Patriot Act dont il fut un des premiers défenseurs. Il a été Impliqué dans plusieurs affaires politiques comme l’une liée à l’éviction de procureurs fédéraux en 2006, perçue comme une purge politique ou une autre sur son rôle supposé dans un vaste programme d’écoutes illégales.

Michael B. MUKASEY Il avait été nommé juge fédéral à New York par Ronald REAGAN en 1987 où il a exercé durant 19 ans avant de retourner dans le privé. Il était donc Juge fédéral de New York entre 1987 et 2006 au moment de l’escroquerie des royalties, puis Procureur général entre 2007 et 2009. C’est lui qui a jugé les dix prévenus de l’attentat du World Trade Center en 1993 et qui a mené la procédure judiciaire concernant les attentats du 11 septembre 2001. Il a été un fervent défenseur du Patriot Act. Lors de son audition par le Sénat, MUKASEY a refusé de s’exprimer sur la légalité de la simulation de noyade contre les suspects de terrorisme, dénoncée par ses détracteurs comme des actes de torture.
.

Loose change 2 – Attentats du 11 septembre 2001
George W. BUSH – Gouvernement de tueurs

Voir aussi le lien https://www.youtube.com/watch?v=z_NWF2nAKrY
English version : https://www.youtube.com/watch?v=xEZAXFbAnbA

.

Donald H. RUMSFELD (décédé le 29.06.2021) a été Secrétaire à la Défense – va-t-en-guerre – sous la Présidence de Gérald FORD (11.1975-01.1977) et sous la Présidence de George W. BUSH (01.2001-12.2006)- Il était donc en activité lors des attentats du 11 septembre 2001 à New York et a très certainement été actif dans le complot contre les Etats-Unis d’Amérique.

Donald H. RUMSFELD a été PDG de plusieurs grandes entreprise, comme le groupe pharmaceutique G.D. Searle (devenu PFIZER), la General Instrument et Gilead Sciences, un laboratoire pharmaceutique US (Wikipedia). Mais surtout, Donald H. RUMSFELD figure au Registre du Commerce sous la référence CH-020.3.900.058-8, comme Administrateur de ABB Asea Brown Boveri Ltd à Zürich en Suisse. Or, les sociétés ABB figurent en bonne place dans notre base de données du blanchiment des royalties provenant de l’extinction des feux au KOWEIT et de la vente des systèmes, avant le séquestre de 1996. Il siégeait à ce moment là aux côtés de Percy Nills BARNEVIK, Josef ACKERMANN (Deutsche Bank), Stephan SCHMIDHEINY, David de PURY (Bilderberg), Helmut MAUCHER (Nestlé), etc. La liste des liens d’influence dans notre base de donnée du blanchiment est représentative.

Il est intéressant de relever que Donald RUMSFELD qui avait été Secrétaire d’Etat à la Défense sous la Présidence de Gérald FORD, et le sera à nouveau sous la Présidence de Georges W. BUSH, figurait au RC CH-020.3.900.058-8 comme Administrateur de la Société suisse ABB Asea Brown Boveri Ltd Zürich de 1991 à 1993 au moment de la première escroquerie des royalties provenant de l’extinction des feux au KOWEIT et de la vente des systèmes, avant le séquestre de 1996.

Après la levée des séquestres des royalties, au moment où il a fallu faire transiter les capitaux par la DEA pour les blanchir, Donal H. RUMSFELD apparaît à nouveau dans une autre société ABB, le RC CH-020.3.021.615-2 de New ABB Ltd Zürich dans laquelle il a été Administrateur du 28 juin 1999 au 11 mai 2001 comme on vient de le voir, là encore aux côtés de Percy Nills BARNEVIK. L’article « How well control techniques were refined in KUWAIT » transcrit par « comment les techniques de contrôle des Puits ont été perfectionnées au KOWEIT» du magazine WORLD OIL de mai 1992, a été écrit par Larry FLAK, ingénieur qui a coordonné les travaux des extinctions des puits du 19 mars au 15 novembre 1991. Il décrit les caractéristiques techniques des nouveaux systèmes, mais les attribue à ABB VETCO GRAY, dont le PDG n’est autre que Percy BARNEVIC… L’article dit qu’ABB VETCO GRAY, qui a dirigé l’atelier mécanique de KOWEIT Oil Company à Ahmadi, a été capable de réaliser des procédés géométriques. Dès ce moment, FLAK rentre techniquement dans la description des caractéristiques techniques des nouveaux brevets FERRAYE…

Donald RUMSFELD avait déclaré voir dans les attentats du 11 septembre 2001, « Le genre d’0opportunités qu’a offert la seconde guerre mondiale, celle de remodeler le monde ». Il avait envisagé dès lors, un plan prévoyant l’invasion de sept pays : l’Irak, l’Afghanistan, le Soudan, la Libye, la Somalie, le Liban et l’Iran… (Wikipedia) Il était un adepte de la torture !

Robert GATES a servi sous la Présidence de George W. H. BUSH depuis 1989. Il a été nommé Directeur de la CIA entre 11.1991 et 01.1993 (successeur de William H. WEBSTER), au moment où avait lieu la première escroquerie en dollars, des royalties. Tout comme Donald H. RUMSFELD et la plupart des Présidents, Robert GATES figure au registre du Council on Foreign Relations (CFR), les faiseurs de guerres comme beaucoup d’organisations secrètes, de l’État profond que combat le 45e Président de Etats-Unis d’Amérique, Donald J. TRUMP…

Robert GATES a aussi été Secrétaire d’Etat à la Défense sous la Présidence de Georges W. BUSH et celle de Barack OBAMA jusqu’au 30 juin 2011. Il avait succédé à Donald H. RUMSFELD.
.

Présidence Barack Hussein OBAMA – 44e Président / 01.2009 – 01.2017
.

En choisissant Loretta LYNCH comme Procureur général, Barack OBAMA a fait un choix pour préserver l’impunité des criminels impliqués dans l’escroquerie des royalties dont la valeur actuelle est estimée à plus de USD 80’000 milliards de dollars.

La confirmation de la nomination de Loretta LYNCH a été la plus longue de l’histoire des Etats-Unis pour la nomination d’un Procureur Général, suite à des oppositions républicaines dont le Président du Sénat Chuck GRASSLEY. Il était alors question de reproches sur le rôle de Loretta LYNCH en 1999 – alors qu’elle était Procureur à New Yorkdans le cadre d’un règlement de USD 1.9 milliard dans lequel était condamée HSBC pour blanchiment d’argent

A noter que Loretta LYNCH a été membre du Conseil d’Administration de la Federal Reserve Bank of New York.

A ce stade, il est important d’ouvrir une parenthèse pour comprendre la facilité du Gouvernement français, qui avait toutes les cartes en main – à partir de 1991 déjà – pour obtenir la collaboration de la CIA et de la DEA, pour faciliter l’escroquerie en dollars US des royalties FERRAYÉ.

Alors que des dizaines de milliers de milliards auraient pu renflouer les caisses de l’État, le Gouvernement OBAMA n’a même pas répondu à la plainte citée ci-dessous. Cette procédure aurait exigé des poursuites pénales contre le couple criminel CLINTON, un membre actif de l’État profond. Barack OBAMA s’était investi pour la campagne d’Hillary CLINTON-RODHAM qu’il avait nommée Secrétaire d’État lors de son premier mandat.

Il est ainsi compréhensible que ma plainte du 13 octobre 2016 déposée auprès du Procureur général des Etats-Unis d’Amérique, sous la Présidence du démocrate Barak Hussein OBAMA et de la Procureure Loretta LYNCH n’ait jamais été traitée… English version / Version française

France – Etats-Unis / Pourquoi cette complicité malsaine ?

Faisons l’état des liens du Président déchu Nicolas SARKOZY avec Frank G. WISNER, ex CIA et sous-Secrétaire d’État à l’armement et à la sécurité internationale des Etats-Unis…

Nicolas SARKOZY est le fils de Pál (francisé en Paul) Sarközy de Nagy-Bocsa (né en 1928) et d’Andrée Mallah (1925-2017). La mère d’Andrée, Adèle Bouvier, est française catholique, née à Lyon (Rhône), et son père, Bénédict Mallah, est un juif séfarade de Thessalonique (Empire ottoman).

Nicolas SARKOZY a deux frères : Guillaume (1951) et François (1959).

Après avoir divorcé, Pál SARKOZY s’est remarié trois fois. De son troisième mariage avec Christine de GANAY, naissent deux autres enfants : Caroline (1967) et Pierre-Olivier (Olivier) (1969). Après avoir divorcé, Christine de GANAY se remariera en 1976 avec Frank G. WISNER II – fils d’un directeur général de la CIA** – alors responsable du département d’État des États-Unis, chez lequel Nicolas SARKOZY fera plusieurs séjours

** Frank Gardiner WISNER (23 juin 1909 – 29 octobre 1965) fut directeur des opérations de l’Office of Strategic Services (OSS) en Europe du Sud. Il devint directeur de la planification lorsque l’OSS devint CIA, ce qui faisait de lui de facto le chef des réseaux stay-behind de l’OTAN. Ce fut l’un des principaux fondateurs, aux côtés d’Allen Dulles et de Richard Helms de la doctrine d’action clandestine de la CIA des années 1950.

Wikipedia

À peine entré en fonction, Barack OBAMA a reçu le Prix Nobel de la Paix « pour ses efforts extraordinaires qui ont renforcé la diplomatie internationale et la coopération avec le peuple ». Une décision ridicule qui met en lumière la grossièreté et la politisation du Nobel de la Paix. Les va-t-en-guerre mondialistes, en avaient besoin pour poursuivre les activités de l’État profond. Le Comité norvégien du prix Nobel avait annoncé le prix le 9 octobre 2009, soulignant son engagement pour la non-prolifération nucléaire et sa contribution à un « nouveau climat » dans les relations internationales, en particulier avec le monde musulman. Thorbjorn JAGLAND avait déclaré : « Nous n’avons pas attribué le prix pour ce qui pourrait arriver à l’avenir ». Il devait être devin ! (Wikipedia)

On remarquera pourtant ci-dessus, que Barack OBAMA est le seul Président depuis Harry S. TRUMAN (1945-1953), à avoir usé quatre secrétaires à la Défense durant son mandat…

Martin Lüther-King disait “j’ai un rêve”, durant son mandat, Barack Hussein OBAMA a pu dire “j’ai un drône”. Combien le Prix Nobel de la paix, a-t-il pu tuer de civils depuis sa nomination en 2009 ? En connaissance de cause, en tuant des femmes et des enfants durant des années, Barack OBAMA a commis un crime de guerre ! Visitez cette page du Site Les Inrockuptibles qui aide à comprendre comment les Gouvernements va-t-en-guerre des USA – principalement de George W. BUSH et de Barack OBAMA – ont amené le terrorisme en occident !

Barack Hussein OBAMA a trompé le monde entier par son charisme, Derrière le personnage souriant, se cache en réalité un homme fourbe, avocat civil qui a enseigné le droit constitutionnel de 1992 à 2004 (sic !).
.

Présidence Donald J. TRUMP – 45e Président / 01.2009 – 01.2017

Make America great again

Donald John TRUMP est né le 14 juin 1946 à New York. C’est un homme d’affaires, animateur de télévision, homme d’État et milliardaire qui veut rendre sa grandeur à l’Amérique. (Wikipédia)

Donald J. TRUPM est un opposant farouche à l’Etat profond. Sa promesse électorale et mission, est de rendre le pouvoir aux Citoyens. Son but : Anéantir les membres de l’Etat profond qui évoluent dans la criminalité en tout genre, de la prostitution à la pédophilie, au trafic d’enfants, de la drogue, du blanchiment d’argent, etc., etc., etc.

Depuis son investiture le 20 janvier 2017, Donald J. TRUPM a été honni par tous les médias mainstream, non seulement des Etats-Unis d’Amérique, mais ceux du monde entier, qui sont tous sous le contrôle de l’Etat profond – des organisations secrètes auxquelles appartiennent tous les satanistes de la société.

Condamnés à disparaître, les membres de l’Etat profond ont tout mis en œuvre pour empêcher le Président TUMP, 45e Président des Etats-Unis, d’obtenir un 2e mandat.

Les liens maçonniques de l’Etat profond se sont organisés sur tous les continents pour voler l’élection présidentielle de la plus grande puissance du monde, au moyen de machines à voter Dominion. La complicité de toute l’élite criminelle que comporte la politique démocrate aux USA, mais à l’International aussi. Les Gouverneurs traîtres, ont pu être démasqués jusque dans le camp républicain…

William H. WEBSTER (Républicain), ancien chef du FBI et de la CIA. En 2020, il a fait partie des signataires d’une lettre de soutien au candidat démocrate corrompu Joe BIDEN, rédigée par 70 officiels républicains à la sécurité nationale, estimant que le président sortant républicain Donald TRUMP « n’était pas fait pour diriger ». On peut dès lors douter de l’intégrité de ces 70 « officiels » républicains !

Quant aux Pays étrangers qui auront été complices de la prise de contrôle de la Démocratie des Etats-Unis d’Amérique, ils peuvent se préparer à de très lourdes sanctions !

Donal John TRUMP est un homme de parole sur lequel le Peuple américain peut compter ! Le PLAN est en marche et la Vérité arrive en lumière.

J’espère écrire très prochainement le nouvel épisode :

Donald J. TRUMP – Le RETOUR…
.

Joseph Robinette (Joe) BIDEN – Usurpateur et Traître

Le vol de l’élection du Président des Etats-Unis d’Amérique a été rendu possible, parce que des Gouverneurs d’Etat ont certifié de faux résultats dans le comptage des bulletins de votes.

Ces traîtres ont détourné la Démocratie au profit des membres criminels de l’Etat profond !

La prestation de serment d’un individu sénile et de sa vice-complice, est une parodie ubuesque de Démocratie.

Les dirigeants à l’International, qui se sont empressés de féliciter les faux élus, ont permis de constater à quel point l’Etat profond a pris le contrôle de toutes les Démocraties, dans le monde entier.

Rappelons que Joe BIDEN était le vice-Président de Barack Hussein OBAMA…

La fin de ce cauchemar est proche !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *