Translate this article

Suite à l’escroquerie des royalties en 1991-1992, le FMI a été utilisé comme organe international officiel de blanchiment, au service des Etats corrompus !

Sur son blog, Martin ARMSTRONG l’auteur du film « l’Oracle » (le Big Bang de la dette souveraine prévu pour le 1er octobre 2015), titre son article du 22 septembre 2015 :

FMI : Le gouvernement du nouveau monde ?

Martin Armstrong, ancien conseiller financier richissime (1 billion de dollars), basé aux États-Unis, a mis au point un modèle informatique basé sur le nombre pi, et d’autres théories liées aux cycles, capable de prédire les tournants décisifs de la vie économique mondiale, et ce avec une précision frappante.

.

L’Oracle – Martin ARMSTRONG

Les Nations Unies (ONU) ont lancé un programme socialiste pour la perte totale de toute liberté économique pour le monde entier d’ici 2030. Il s’agit d’un agenda très dangereux. L’ONU est une entité “non élue” qui s’approprie le droit de dicter au monde, comment tout devrait fonctionner. Bien sûr, ce comportement est anti-liberté et a pour but d’éliminer les “cash” et établir une fiscalité globale. Cette façon de penser détruit le monde de manière absolue.

Le FMI est également poussé par les DTS (Les droits de tirage spéciaux) pour remplacer le dollar comme monnaie de réserve nouvelle. Le FMI est une des organisations les plus corrompues de la planète. Elle est totalement « non élue » et pose une menace réelle pour la liberté économique ! (Cet article a été posté sur : The Global Market Martin ARMSTRONG)

Au-delà de l’organisation la plus corrompue de la planète pour reprendre les termes de Martin ARMSTRONG, il faut savoir que le FMI était présidé de 2011 à 2019 par Christine LAGARDE, une ancienne Ministre française, directement liée au blanchiment des royalties FERRAYÉ. Elle est aujourd’hui Présidente de la Banque Centrale Européenne… Son prédécesseur français lui aussi, Dominique STRAUSS-KAHN, qui avait non seulement divulgué (escroqué) les brevets dont il avait la responsabilité comme responsable de l’INPI, était également complice de l’escroquerie des quelque 3’600 milliards encaissés sur la vente des brevets et l’extinction des puits au KOWEIT

Ainsi, le FMI est au-delà « d’une des organisations les plus corrompues de la planète », surtout « une Organisation Internationale officielle opérant l’escroquerie et le blanchiment d’argent par métier, au profit d’individus corrompus d’Etats membres » !

Souvenons-nous enfin qu’en 1991 et 1992, lors de l’escroquerie des royalties, un 3e français présidait le FMI, en la personne de Michel CAMDESSUS. Il a dirigé l’Organisation corrompue de 1987 à 2000. Il n’a donc pas été difficile au Président français François MITTERRAND de faire intervenir son compatriote au FMI pour trouver la voie idéale pour blanchir les fonds escroqués.

Il est intéressant de connaître les changements intervenus au FMI sous l’ère CAMDESSUS : Libéral convaincu, il a donné un tournant particulièrement brutal au FMI, en imposant aux pays les plus pauvres ou en voie de développement, des mesures de privatisations ou de réductions des dépenses publique d’éducation et de santé en échange de prêts aux pays concernés, aggravant des crises existantes ou menant ces pays à des crises sans précédent.

Par la suite, il est chargé par des organisations mondiales, conseillères officielles et officieuses de l’ONU, d’imaginer les financements des infrastructures nécessaires pour réduire de moitié le nombre de personnes qui n’ont pas accès à l’eau d’ici à 2015. Il proposera l’introduction du secteur privé dans un secteur très majoritairement détenu alors à plus de 90 % par les puissances publiques, ainsi que des partenariat public-privé.

En 2004, à la demande du ministre français de l’économie d’alors, Nicolas Sarkozy, il rédige un rapport, le « rapport Camdessus », intitulé « Le sursaut vers une nouvelle croissance pour la France », qui préconise entre autres la suppression des trente cinq heures, l’arrêt de l’augmentation du SMIC ou le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, et inspirera en partie le programme du futur candidat à la présidence (le qualifiant même d’être son «livre de chevet»). http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Camdessus (extrait wikipedia)

Cette organisation criminelle sous le contrôle du Gouvernement américain et de la Secte de la Franc-Maçonnerie a été le levier pour la Federal Reserve pour piller la fortune de la majorité des Etats d’Europe. Rappelons que la Federal Reserve appartient aux banques commerciales et au banques d’investissement américaines. Ceci inclus également les banques dont le siège social est à l’étranger (BARCLAYS est une banque Britanique alors q’UBS est une banque Suisse. Parmi les actionnaires de la Fed, six banques ont une capitalisation boursière supérieure à 1’000 milliards de dollars.

  • •Goldman Sachs Group Inc (NYSE: GS)
  • Morgan Stanley (NYSE: MS)
  • JP Morgan Chase & Co. (NYSE: JPM)
  • Citigroup Inc (NYSE: C)
  • Bank of America Corp (NYSE: BAC)
  • Wells Fargo Co. (NYSE: WFC)
UNCED Sommet de la Terre – Rio de Janeiro / Les Mondialistes criminels en action
L’escroquerie écologique

John Perkins : Les confessions d’un assassin économique

La guerre moderne est avant tout économique. Les empires sont toujours présents et se propagent au nom des mêmes valeurs de civilisations, démocratisations, de paix… Tout comme la colonisation, l’empire romain et autres empires.

Mais à ce jour les empires sont plus subtiles et diversifiées avec de nouvelles méthodes moins meurtrières mais tout à fait efficaces pour parvenir à ses buts. Cependant la finalité reste la même acquérir du pouvoir et de l’argent pour développer son empire.

Cette interview permet de comprendre les fonctionnements de cette pieuvre mondialisée sans nom, sans patrie , sans âme.

John Perkins (né en 1945 à Hanover dans le New Hampshire aux États-Unis) est un économiste, un écrivain et un activiste social et écologiste américain.

En 1970, il est engagé par une firme internationale de consultants nommée MAIN. Il y débutera là un emploi en tant qu’assassin financier, et sera formé pour endetter des pays du tiers monde et les soumettre aux exigences d’un empire global et de puissants intérêts financiers américains.

Après deux décennies d’hésitations, de menaces et de pots-de-vin, il publie finalement en 2006 son livre Les confessions d’un assassin financier, qui connaîtra un grand succès.

Les Confessions d’un assassin financier fut durant 40 semaines dans la liste des meilleures ventes du New York Times. L’ouvrage a déjà été traduit en 12 langues et le sera bientôt en 16 langues à travers le monde.

Lien de la vidéo ci-dessus, en anglais sous-titré français

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.