Translate this article

Courrier de Marc-Etienne Burdet à Justice de Paix du Nord Vaudois
le 22 janvier 2021

KC21.002600/DCN/nhaMainlevée d’opposition PAYCOACH c/ BURDET Marc-Etienne

Détermination

Les différentes étapes des procédures décrites ci-après ont été initiées sur la base d’une créance initiale de Media Markt Shopping Card datant de 2007.

  1. La demande de mainlevée de la poursuite N° 9808038, datée du 12 janvier 2021 a été déposée par PAYCOACH SA à Bern et correspond à une créance qui aurait été cédée par Viseca Card Services SA à Brüttisellen selon ce que prétend PAYCOACH AG (pièce jointe 07). Notons que Michael JOHO a été enregistré au RC de PAYCOACH AG le 1er janvier 2020.
    .
  2. Dans le relevé du 8 février 2021 (Pièce 08) on constate que cette créance ACCARDA a été cédée à la société ALPHAPAY AG le 18 décembre 2007 (Pièce 02). Notons que M. Michael JOHO, COO de PAYCOACH qui a signé la demande de mainlevée qui nous occupe ici, a aussi figuré au RC de ALPHAPAY AG du 10 janvier 2008 jusqu’à la radiation de la société le 22 juin 2016 par fusion avec EOS Schweiz AG.
    .
  3. Le 22 juin 2006, la société EOS Schweiz AG au RC de laquelle a figuré M. Michael JOHO du 31 mai 2012 au 22 août 2019, a donc repris les actifs et passifs de ALPHAPAY AG.
    .
  4. A ce state, la créance était donc détenue par EOS Schweiz AG dont le siège est à Kloten.
    .
  5. Selon pièce 06, le 29 mai 2020, Viseca Card Services SA a repris les actifs et passifs de ACCARDA AG qui avait détenu initialement la créance selon acte de défaut de biens du 18 février 2008 (Pièce 01), mais qui ne la détenait plus au moment de la fusion précitée, puisque celle-ci avait été cédée à ALPHAPAY, respectivement EOS Schweiz AG, comme décrit au point 2.
    .

Conclusion

Dans sa demande de mainlevée du 12 janvier 2021, PAYCOACH (Michael JOHO) fait valoir une créance sur un acte de défaut de biens d’une créance prétendue détenue par Viseca Card Services SA à Brüttisellen, créance que cette société n’a jamais eue en mains.

La demande est donc irrecevable.

Il s’agit ainsi à ce stade d’une tentative d’escroquerie et compte tenu du descriptif cité plus haut, je dirais même d’une tentative d’escroquerie par métier. Les explications données plus bas vont également dans ce sens. Or, je rappelle que l’escroquerie est un CRIME poursuivi d’office !

Je conclus donc à ce stade, au rejet de la demande de la mainlevée d’opposition !

CRIMINALITÉ EN BANDE ORGANISÉE

Pour aborder la suite de cette affaire, il faut prendre en considération l’Etat criminel qu’est devenue la Suisse, dont les Institutions politiques et judiciaires se sont mises au service d’une économie corrompue par la plus gigantesque opération de blanchiment jamais réalisée depuis 1991. L’approche en est donnée sur https://swisscorruption.info et plus particulièrement https://swisscorruption.info/historique

Le lien https://swisscorruption.info/societes-ecrans nous démontre que les banquiers de CREDIT SUISSE ont été parmi les premiers à planifier l’escroquerie des USD 3’600 milliards provenant de l’extinction et du blocage des 1’164 puits explosés lors de la guerre du KOWEIT et de la vente des brevets qui a suivi sous le contrôle du Conseiller fédéral Flavio COTTI https://swisscorruption.info/pdc. Le Parti Libéral Radical n’est pas en reste et il suffit pour ça de consulter le lien du Conseiller National Christian LUESCHER https://swisscorruption.info/luescher. Il en est de même pour l’UDC de Christoph BLOCHER… https://swisscorruption.info/blocher

Faisons maintenant le lien de ce crime organisé avec l’affaire qui nous occupe ici, au travers d’un fichier tiré de notre base de données, sur le seul nom de Urs Josef ENG, ex CEO de ACCARDA AG et Président de PAYCOACH AG jusqu’en 2019. Il a été ensuite remplacé par Mathias KARSUPKE.

Toutes les sociétés dans lesquelles figure Urs Josef ENG nous ramènent à des entreprises au RC desquelles figurent des individus qui ont contribué au blanchiment des royalties dont il est question dans les liens cités plus haut, mais pour comprendre le processus, il faut avoir connu le système économique en place avant 1991…

Avant de poursuivre et pour bien comprendre le processus, il est encore nécessaire de faire un bref historique de la planification de l’escroquerie et du blanchiment qui a suivi.

A cette époque-là, la Suisse disposait de quelque 600 caisses maladies, des dizaines de chaînes de commerce de détail (ABM, Gonset, Uniprix, une multitude de sociétés d’assurances, de banques, etc.). Les grands distributeurs actuels Migros et Coop assuraient leurs prestations par des petites succursales de quartier, des camions de distribution. Il n’y avait aucun de ces gigantesques centres tels que nous les connaissons aujourd’hui. Ces situations prévalaient dans tous les secteurs de l’économie, y compris les merdias actuels (4 personnes détiennent des centaines de titres) qui ont ensuite assuré la désinformation publique !

Et tout d’un coup, en quelques mois, 3’600 milliards de dollars ont inondé le marché, en grande partie au travers la place financière suisse. Le cours de l’époque était à CHF 1.41 pour USD 1.00.

Vidéo “Sans aucun Doute” https://swisscorruption.info/sans-aucun-doute/

Joseph FERRAYÉ, l’inventeur des deux brevets qui ont généré ces profits, s’est très vite rendu compte que les premiers 100 milliards pour l’extinction des feux au KOWEIT avaient été versés et qu’il n’allait rien toucher. Il lui a été dit en réponse à ses nombreuses interventions, que ce n’étaient pas ses systèmes qui avaient été utilisés et qu’il ne toucherait rien. La démonstration du contraire est décrite en détails dans le mémoire cité plus bas. Ensuite ont eu lieu les deux ventes des systèmes, tout d’abord à KOWEIT-City du 21 au 29 novembre 1991 et à Rio de Janeiro en la présence du Conseiller Fédéral Flavio COTTI, du 3 au 14 juin 1992.

Il faut être conscient qu’une très grande partie de l’économie suisse et mondiale a été recapitalisée (rachats, fusions, entrées en bourse, fonds de placements, etc.) au travers du blanchiment des royalties, qui est toujours en cours actuellement. Au surplus, les liens BLOCHER et LUESCHER, mais aussi les régies fédérales (La Poste Suisse citée plus bas) sont significatifs de la complicité de l’Etat…

Après une multitude de procédures au cours desquelles il a voulu faire valoir ses droits, où il a été exclu des procédures qui le déclaraient irresponsable sans que Joseph FERRAYÉ n’ait jamais rencontré le psychiatre qui avait rendu l’expertise commandée par les escrocs, c’est finalement sur la base de la plainte de Joseph FERRAYÉ le 29 janvier 1996, que l’inventeur des deux brevets a pu faire mettre le produit de ses inventions sous séquestre. Les escrocs de la première heure pouvaient être appréhendés, mais ils ne l’ont pas été… Le Notaire genevois Pierre MOTTU, membre du complot de la première heure et pris en flagrant délit d’escroquerie, avait un plan B…

La plainte du 29 janvier 1996 avait été rédigée par l’ami de MOTTU, l’avocat Marc BONNANT, qui dans cette cause-là s’était associé à son collègue Dominique WARLUZEL. Une association de deux hommes qui n’avaient rien en commun… https://swisscorruption.info/bonnant

Le Notaire Pierre MOTTU avait obtenu de son ami BONNANT, que les autorités ne procèdent pas à l’arrestation des escrocs dont il faisait partie. Avec les capitaux qui étaient en jeu, il y avait moyen de satisfaire tout le monde, y compris les juges, procureurs, avocats et politiciens… Le mémoire rédigé le 30 novembre 2006 https://swisscorruption.info/royalties/2006-11-30_memoire_JF.pdf fournit les détails utiles à ce sujet, tout comme les différentes tentatives d’intimidation, d’assassinat et autres crimes liés à cette affaire. Rappelons que le détective qui avait obtenu la séquestration des capitaux escroqués et voulait contraindre la juge Christine JUNOD qui avait reconnu détenir certaines preuves de l’escroquerie https://swisscorruption.info/royalties/059.pdf et 060 pdf, à indemniser partiellement Joseph FERRAYÉ, a été « suicidé » le matin même où il avait rendez-vous avec l’inventeur, pour lui remettre le dossier qui aurait fait tomber tous les membres du Parquet genevois…

Il en a été du reste de même d’André SANCHEZ, propriétaire de la Société morgienne BCS Finance, qui avait été nommée pour recevoir l’argent provenant du séquestre, en faveur de l’inventeur. Ne voyant rien venir, il s’était plaint à plusieurs reprises auprès du Juge d’Instruction Jean-Marie RUEDE, sans que ses demandes ne soient prises en compte. Après son dernier courrier dans lequel il avertissait le Juge d’instruction qu’il allait le dénoncer, il a été « suicidé », immolé dans sa voiture dont n’a été retrouvé ni le bouchon d’essence du réservoir, ni le conteneur avec lequel il était censé s’être aspergé sur le siège conducteur… En outre, brûlé au 3e degré, ses vêtements consumés aussi, il a été retrouvé vivant, debout à proximité du véhicule avec à la main une boîte d’allumette intacte, dont il ne manquait qu’une pièce…

Notez qu’après les différentes censures des Sites qui ont dénoncé cette gigantesque escroquerie dans laquelle nagent les membres des Institutions politiques et judiciaires suisses, les liens qui figurent dans le mémoire précité ne sont plus d’actualité. De plus, depuis 2016, nous avons beaucoup progressé sur la compréhension des procédés liés à l’escroquerie et au blanchiment.

Venons en maintenant au plan B du Notaire MOTTU. Après avoir rallié les avocats de Joseph FERRAYÉ au complot, ils ont imaginé avec le Notaire du Gouvernement français Eric DE LA HAYE-ST-HILAIRE, associé de MOTTU dans l’escroquerie des royalties, le moyen d’obtenir la restitution des fonds escroqués, sans procédures judiciaires. C’est à ce moment-là que d’innombrables conventions notariées de cessions ont été rédigées, tout comme les ordres de virements qui portaient le droit de timbre et étaient irrévocables… à titre d’exemple : https://swisscorruption.info/royalties/133.pdf et https://swisscorruption.info/royalties/126.pdf

Au-delà du mémoire, ces informations suffisent à comprendre comment des milliers de milliards sont arrivés sur le marché et devaient être blanchis sans que la « justice » n’entre en matière. Le mémoire cité plus haut fournit beaucoup plus de détails, même s’il n’est plus totalement actuel. La période après la levée des séquestres en 1995, coïncide en outre au moment où des immeubles se vendaient jusqu’à 3 fois dans la même journée à Genève, Lausanne, Bâle, Zürich ou ailleurs, ce qui nous laisse imaginer le flot de capitaux confiés à une multitude d’individus pour être blanchis.

C’est aussi à ce moment-là que des milliers de Clubs de services (Lions Club, Rotary, Kiwanis, Ambassador, etc.) ont été fondés et dont les membres s’engageaient par un serment secret inconstitutionnel, tel que le fait la Franc-Maçonnerie. Alors comprenez que très bientôt nous allons prendre le contrôle de plus de 90 % du marché immobilier suisse.

Fichier Urs Josef ENG

Le fichier ENG, https://swisscorruption.info/royalties/eng_urs_2021.pdf qui comporte 8’971 pages de liens, aide à comprendre comment a fonctionné le blanchiment des royalties. Il suffit de faire un copier/coller du N° RC de la société dans la recherche de votre navigateur pdf, pour trouver très vite tous les individus inscrits dans la société en question. Observez alors dans quelles autres sociétés, ces individus sont enregistrés et vous comprendrez comme a été tissée la toile du blanchiment au sein de l’économie, des banques, des merdias Francs-Maçons qui contrôlent l’information, et de tous les secteurs d’activité.

Par Urs Josef ENG, on constate principalement la proximité de ces individus avec les anciennes régies de la Confédération et plus particulièrement SWISSCOM, sur laquelle je travaille depuis quelques semaines et que je ne manquerai pas de mettre en ligne, comme je l’ai déjà fait pour La Poste Suisse… https://swisscorruption.info/la-poste/

Des dizaines de milliards ont été escroqués au patrimoine du Peuple Suisse, lors de la privatisation des régies fédérales et une grande partie des actions non détenues par la Confédération suisse, sont maintenant en mains privées des escrocs qui ont pratiqué ces privatisations…

Tout ce patrimoine va être repris à ces escrocs, le Peuple devra être indemnisé et nous prendrons le contrôle des actions privées des anciennes régies, afin de veiller à ce que l’Etat corrompu ne puisse plus spolier le Peuple souverain !

Article 302 CPP – Obligation de dénoncer

1 Les autorités pénales sont tenues de dénoncer aux autorités compétentes toutes les infractions qu’elles ont constatées dans l’exercice de leurs fonctions ou qui leur ont été annoncées si elles ne sont pas elles-mêmes compétentes pour les poursuivre.

2 La Confédération et les cantons règlent l’obligation de dénoncer incombant aux membres d’autres autorités.

3 Les personnes qui ont le droit de refuser de déposer ou de témoigner selon les art. 113, al. 1, 168, 169 et 180, al. 1, ne sont pas soumises à l’obligation de dénoncer.

Comme vous avez pu le constater sur la page d’accueil de https://swisscorruption.info, je suis bénéficiaire du 50 % de l’ensemble des royalties à recouvrer dans l’escroquerie que je dénonce plus haut et dont j’estime le préjudice à ce jour – sans compter les dommages et intérêts qui seront requis – à plus de 65’000 milliards de francs. https://swisscorruption.info/royalties/2019-12-31_resp_royalties.pdf

Aussi, en application de l’article 302 CPP, il vous appartient dès lors – ou à l’autorité compétente – d’ouvrir les enquêtes justifiées et nécessaires qui devront me permettre de recouvrer nos droits, dont                                 M. FERRAYÉ et moi-même sommes victimes.

En regard de l’affaire qui nous occupe ici, il y a lieu bien évidemment de procéder en priorité à l’instruction à l’encontre des tous les protagonistes qui sont de près ou de loin touchés par cette demande de levée d’opposition qui relève d’une tentative d’escroquerie sur une créance jamais détenue.

USA – Fédération des Etats-Unis d’Amérique

Dans le fichier de M. Urs Josef ENG, j’ai constaté que quelque 2’278 liens font la connexion avec des individus originaires des USA, figurant dans les registres du commerce répertoriés.

Si vous avez quelque peu suivi l’actualité alternative sur la Présidentielle 2020 aux USA – hormis bien entendu la désinformation de nos MERDIAS mainstream – vous savez que l’élection « officielle » est une supercherie et que le président BIDON (Biden) n’est Président de rien du tout, si ce n’est de la « United States Corporation Company » mise en faillite par acte du 4 mai 2020 signé du Président TRUMP.
https://www.facebook.com/photo?fbid=217957956691225&set=pcb.217958056691215

Depuis le 20 janvier 2021, jour de l’assermentation de BIDON après les élections frauduleuse, il n’y a plus de gouvernement constitutionnel aux USA et si le pseudo président dépasse certaine limite, il est immédiatement stoppé par le pouvoir militaire, qui est garant de l’application de la Constitution. A l’opposé de l’armée suisse, l’armée américaine et ses généraux, veillent sur l’application des droits constitutionnels et protège les Citoyens, ce qui n’est pas le cas dans nos corps d’armée, formés de Francs-Maçons au service de l’état profond, qui pissent sur la Constitution fédérale !

De nombreux articles figurant sur mon mur Facebook, peuvent aider à comprendre la situation très complexe qui prévaut aux USA actuellement, avant le prochain retour public du Président TRUMP qui a transmis son pouvoir à l’armée avant de quitter la Maison-Blanche et s’est assuré de la continuité gouvernementale en attendant que BIDON soit arrêté pour haute trahison en faveur de l’étranger et complicité dans la fraude électorale… !

Le Site https://swisscorruption.info/usa établi la preuve que les présidents de la Corporation (entité criminelle) des USA depuis George H.W. BUSCH, William (Bill) CLINTON, George W. BUSH, Barack Hussein OBAMA ont tous contribué à l’escroquerie et au blanchiment des royalties au titre de membres complices de l’Etat Profond (Deep State), organisation secrète criminelle à laquelle appartiennent les membres des gouvernements de la plupart des pays de la planète. La Suisse n’est pas épargnée, bien au contraire et son gouvernement a très largement contribué à l’escroquerie…

C’est pour cette raison que je ne ferai, en l’état, jamais confiance à la « justice » corrompue de mon Pays et que j’ai sollicité l’aide de la nouvelle Fédération des Etats-Unis d’Amérique. Les avocats du Peuple américain et du Président Donald J. TRUMP, actuellement occupés à nettoyer le marais de DC et du reste du Pays, sont sollicités dans cette affaire pour conduire à l’inculpation et à la condamnation de tous les protagonistes de l’escroquerie et du blanchiment des royalties à l’intérieur et à l’extérieur des USA. Et je parle bien entendu des personnes morales (banques, assurances, industrie, etc.) comme des personnes physiques. Il est grand temps que notre Marais soit aussi nettoyé !

Aussi, avant d’écarter d’un revers de main ma demande d’enquête sur cette affaire, je ne peux qu’inviter toute personne qui aura à intervenir, à bien réfléchir aux décisions qui vont être prises et aux conséquences gigantesques qu’elles pourraient causer… La responsabilité, non seulement des personnes concernées va être engagée, mais également celle du pays. Avec un PIB de quelque 705 milliards en 2020 sur une responsabilité globale qui va se monter à près de 65’000 milliards de francs et probablement à plusieurs centaines de milliers de milliards de francs avec les dommages et intérêts, la Suisse n’aura plus aucun avenir, si vous ne rétablissez pas la situation…

Je pense qu’il est inutile en l’état, d’aller au-delà de ces informations, mais je reste bien entendu à votre disposition pour tout complément d’information que vous pourriez souhaiter.

Marc-Etienne Burdet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.