Translate this article

La prospérité de la Suisse, nous la devons à un Peuple travailleur, des Citoyennes et Citoyens honnêtes, consciencieux qui ont mis leurs forces de travail au service d’une Démocratie directe, dont le Peuple était le souverain.

Notre histoire :

La Confédération Suisse, voulant affermir l’alliance des Confédérés, maintenir et accroître l’unité, la force et l’honneur de la Nation suisse, a adopté la Constitution fédérale du 12 septembre 1848.

L’idée maîtresse de la nouvelle charte est de donner à la Suisse un gouvernement plus centralisé et de lui confier bon nombre de pouvoirs et de devoirs qui incombaient jusqu’alors aux cantons. Ce transfert de compétences va favoriser le développement économique du pays en supprimant les barrières douanières intérieures qui avaient empêché jusqu’alors la libre circulation des personnes, des marchandises et des valeurs pécuniaires et handicapé le commerce inter-cantonal.

Sur le plan des institutions, la principale innovation est la mise en place d’un Parlement bicaméral – l’Assemblée fédérale – et d’un gouvernement de sept membres, le Conseil fédéral, avec une présidence tournante.

La nouvelle constitution garantit par ailleurs aux citoyens un certain nombre de droits et de libertés, notamment la liberté de la presse, la liberté de religion et le droit d’établissement. Ainsi, les Pères Fondateurs ont assuré à notre Presse, la protection indispensable pour pouvoir jouer son rôle essentiel à notre Démocratie.

Autre innovation importante : le droit des citoyens d’obtenir un changement de la constitution par vote populaire. Cependant, comme partout ailleurs à l’époque, seuls les hommes ont le droit de vote.

La nouvelle Assemblée fédérale se réunit pour la première fois le 6 novembre 1848, les forces réformistes et progressistes étant nettement majoritaires. L’Assemblée élit le premier gouvernement fédéral et désigne le premier président fédéral en la personne de Jonas FURRER. Elle fait par ailleurs de Berne la capitale de la Suisse ou plus exactement la ville fédérale comme elle s’appelle officiellement.

Dans les années qui suivent, l’Assemblée fédérale adopte une série de lois qui centralisent et unifient l’administration. L’État fédéral prend ainsi en mains les services postaux et crée une monnaie et un système de poids et de mesures unique.

Avec la liberté de la Presse, les Pères Fondateurs ont assuré à notre Presse, la protection indispensable pour pouvoir jouer son rôle essentiel à notre Démocratie.

La mission de la Presse était dès lors de servir les Gouvernés et non les Gouvernants, en agissant comme contrepouvoir des Autorités politiques en place. C’est en respectant la Constitution fédérale que les représentants de la Presse devaient montrer leur respect envers le Peuple souverain qui leur avait octroyé et garanti ce privilège en signe de rappel que le Pouvoir appartient à l’ensemble des Citoyennes et Citoyens qui forment le Peuple souverain.

Constatons aujourd’hui que les Journalistes ont failli à leur Devoir !

Pour mieux le comprendre, mettez la Déclaration des DEVOIRS et des DROITS des Journalistes, en regard des informations quotidiennes dont les représentants des Médias de tout bord nous font part, de leurs manipulations et de leurs mensonges en faveur des intérêts des membres de nos Gouvernements et de nos Parlements.

L’information est censurée, elle manque de toute objectivité, elle trompe trop souvent les Citoyens et à partit de là, la Presse n’assure plus son rôle constitutionnel consistant à garantir le fonctionnement de la Démocratie. Le fait que nos Médias soient subventionnés par les pouvoirs politiques contribue assurément à cet décadence avérée de nos JOURNALEUX !

Nos journalistes sont aujourd’hui les Larbins du monde politique corrompu, contrôlé lui-même par la Franc-Maçonnerie internationale qui a sa propre “constitution”, celle-ci étant contraire à nos intérêts nationaux et internationaux !

.

Mais alors, d’où ce glissement de l’État de Droit vers une Oligarchie absolue est-il survenu ?

Si l’argent contribue à la prospérité, au confort et au bien-être de ceux qui en disposent, il est aussi souvent source de conflits, de violences, de jalousies, de convoitises, d’égoïsme ou de combien d’autres maux de notre Société.

Les vices et autres perversités nous conduisent toujours à suivre la piste de l’argent et c’est ce qui a complètement perdu la Suisse et principalement son monde économique, politique et judiciaire, à partir du début des années 1990 !

Beaucoup d’entre vous ont entendu parler de « l’Affaire de Genève » ! Une gigantesque escroquerie de plus de 3’600 milliards de francs provenant de royalties sur des brevets… https://swisscorruption.info/historique.

Le plus grand blanchiment d’argent jamais opéré, au détriment des classes moyennes et inférieures du Pays. Des centaines de milliards de francs d’impôts, qui ont échappé aux Caisses de l’État, grâce à la complicité des politiciens et des Magistrats des pouvoirs judiciaires qui ont été corrompus pour fermer les yeux sur ce crime ou pour contribuer à son blanchiment, comme le démontre des centaines de milliers de liens dans notre base de données ! Vous trouverez les principaux, à partir du lien suivant : https://swisscorruption.info/politique-corruption

Quand nos Médias se sont emparés de l’affaire et l’ont dénoncée, leurs journalistes ont immédiatement été corrompus à leur tour et se sont finalement l’ensemble des titres qui ont été pris sous contrôle par le rachat de ceux-ci qui sont maintenant tous regroupés sous trois titres, à savoir TX Group (Tamedia) – Anciennement Tages-Anzeiger et RINGIER, ou encore Christoph BLOCHER et ses 20 titres gratuits… https://swisscorruption.info/presse
.

Au début du blanchiment des royalties, Christoph BLOCHER était administrateur de SBG/UBS qui a contribué dans une large mesure avec CREDIT SUISSE et des banquiers privés, ou encore ce lien, à l’escroquerie des royalties. C’est à ce moment-là que le tribun zurichois a fait construire 117 usines en Chine (voir le lien ci-dessus) C’est aussi avec ce blanchiment qu’il a « construit » l’UDC… En regard de l’évolution du PCC chinois sur le contrôle de l’économie mondiale, sur la violation des droits de l’homme, sur les manipulations d’élections dans de nombreux pays, on peut sans ambages déclarer que Christoph BLOCHER est un traître à son Pays !!! Ceci d’autant plus que le Président de la Confédération 2019, l’UDC Ueli MAURER, a signé des accords avec le Président XI Jimping pour la « Route de la Soie » pour promouvoir encore la suprématie chinoise !

.
Un dérapage non contrôlé

Comme nous le démontrent plusieurs dossiers d’escroqueries de Citoyens privés par des Fonctionnaires de l’État ou des politiciens | BURDET | CONUS | GUTKNECHT | HERZOG | SCHNEIDER | LA POSTE | Etc., le monde politique n’est plus en phase avec le Peuple…

Les membres de nos Autorités qui violent leurs Devoirs de fonctions et agissent dans le cadre des crimes organisés, sont concernés à tous les échelons de l’État…

Syndics, Présidents de Communes, Préfets, Députés, Conseillers d’État, Magistrats judiciaires (juges et procureurs), Hauts Fonctionnaires, etc., agissent conjointement au sein de cette Organisation, contre les Intérêts citoyens. Il faut constater qu’ils sont les complices directs du monde de l’Économie. Ils ont la mission de garantir l’impunité des Capitaines d’entreprises, dans les crimes que ceux-ci commettent. Cette garantie de l’impunité a pour place de jeu le lobbyisme et la corruption du monde politico-judiciaire, seul à même d’empêcher de mettre en lumière et de stopper les crimes commis au détriment de l’état et des Citoyens.

La source de la dégénérescence des Institutions de l’État est à chercher – comme on l’a vu plus haut – au début des années 1990, dans la gigantesque escroquerie de plus de USD 3’600 milliards qui a eu lieu à Genève et dans le blanchiment d’argent qui a suivi https://swisscorruption.info/historiqueOn peut constater que le PDC est en première ligne dans cette escroquerie et y a même joué un rôle actif jusqu’au plus hautes fonctions de l’État https://swisscorruption.info/pdc. Quand on constate que des membres des plus hautes Autorités de notre Pays – membres des organes de contrôle censés garantir la stabilité de nos Institutions – ont activement participé à l’escroquerie et au blanchiment cité plus haut, comment alors imaginer que l’on puisse encore faire confiance à des Autorités qui n’ont plus aucun respect des Institutions ? https://swisscorruption.info/luescher – https://swisscorruption.info/blocher – https://swisscorruption.info/lauber – https://swisscorruption.info/fedpol, etc.

A l’époque de l’escroquerie, plusieurs critères devaient être pris en compte pour garantir le succès des opérations liées à ce crime et au blanchiment qui a suivi. Les conditions suivantes étaient impératives :

  • Discrétion
  • Garantir le secret
  • Possibilité d’agir à l’international
  • Maintenir le contrôle sur les fonds blanchis
  • Garantir l’impunité

Une seule organisation criminelle était à même de répondre à ces critères : LA FRANC-MAÇONNERIE

Mais la Franc-Maçonnerie ne disposait pas d’une infrastructure suffisamment importante pour contrôler et dispatcher un tel volume financier. C’est alors qu’ont été fondés des milliers de Clubs de services (Lions Club, Rotary, Kiwanis, Ambassador, etc.) dont les statuts étaient semblables à ceux de la Franc-Maçonnerie sur le « Devoir du secret » et le « Serment » prêté envers l’organisation et les « frères ».

Des milliers de Clubs ont été fondés et des dizaines de milliers d’individus ont alors rejoint ces Clubs de services. Ils ont été ensuite intégrés dans la gouvernance des entreprises et dans les Conseils d’administration de l’économie. Une multitude de fusions ont été opérées, financées par le blanchiment des royalties escroquées à Genève. L’État y a activement contribué par la privatisation des régies, à l’instar de La Poste : https://swisscorruption.info/la-poste. Le blanchiment a été planifié et structuré à l’International… ALUSUISSE, SWISSAIR, WINTERTHUR, sont des fleurons de notre économie, sacrifiés au nom du blanchiment des royalties. Mais il en est de même pour d’autres marques suisses qui sont vendues aujourd’hui sous des pavillons étrangers : SUGUS, TOBLERONE, MAGGI, etc., etc., etc. !

Le lien https://swisscorruption.info/moneyplane démontre que même les MAFIAS ont été sollicitées pour opérer ce blanchiment et que si aujourd’hui des oligarques russes rachètent des fleurons de notre économie, ils ne sont en fait que des hommes de paille qui ont été chargés du blanchiment des royalties. La pseudo banque AFRILAND Bank https://archive.org/details/afriland-bank dont le siège aurait été à Neuchâtel – dénoncée dans l’émission « Mise au Point » de la RTS le dimanche 14 mars 2021 – a violé les sanctions américaines contre le blanchiment d’argent. Cet établissement criminel s’est mis au service du sulfureux de Dan GERTLER défendu par le célèbre Avocat PLR genevois Me Marc BONNANT https://swisscorruption.info/bonnant. Il est le l’un des principaux initiateurs de l’escroquerie des royalties. Il faut se souvenir que les membres du PLR genevois, ont été les complices actifs de l’escroquerie des royalties initiée à Genève et que de nombreux avocats de la cité de Calvin ont fait partie de cette Mafia du crime organisé Suisse. Voir aussi les liens de la corruption politique : https://swisscorruption.info/plr et https://swisscorruption.info/politique-corruption.

Des membres des Autorités suisses ont ainsi été complices d’une escroquerie et d’un blanchiment d’argent qui s’est opéré en US DOLLARS, ce qui est une CRIME gravissime aux États-Unis… Ils ont violé la Loi américaine et peuvent être poursuivis pour CRIMES et être condamnés à plusieurs dizaines d’années d’emprisonnement. En utilisant les services de l’Etat et les Régies fédérales pour opérer ce blanchiment, ils ont au surplus engagé la responsabilité de la Suisse et des centaines de milliards pourraient être en jeu à ce niveau-là…

Au surplus, ne perdons pas de vue que dans le cadre de ce blanchiment, ce sont des centaines de milliards de francs qui ont échappé à l’impôt et donc aux caisses de l’État. Cette criminalité a péjoré tout particulièrement les citoyens des classes moyennes et inférieures du Pays.

Les acteurs de ce crime organisé en bande, profitent d’un vide juridique principalement dû au fait qu’une grande partie des Législateurs qui rédigent nos Lois, sont des Parlementaires fédéraux, à l’instar de Christian LUESCHER https://swisscorruption.info/luescher, qui est membre de la Commission fédérale de Justice. Ainsi ces individus, n’ont aucun intérêt à édicter des Lois qui pourraient contrevenir à leurs crimes… De plus, comme ce sont ces mêmes Parlementaires qui vont élire les juges fédéraux – le système est pareil au niveau des cantons – ils s’organisent pour faire élire des magistrats qui sont compromis et qui vont ainsi satisfaire à leurs exigences !

Le Monde change – Les endormis se réveillent !

Pour remédier à ces crimes d’état, il faut tout d’abord destituer l’ensemble de nos Parlements et Gouvernements. Des milliers de Citoyens honnêtes sont prêts à s’investir pour le bien commun de la Nation, mais il faut fixer des règles impératives pour les futures élus…

  • Exemption totale avant et durant leur mandat, de figurer au Conseil d’administration d’une Société dont la capacité économique pourrait susciter des conflits d’intérêts.
  • Exclusion de tous membres d’organisations occultes telles que le World Economic Forum, la Franc-Maçonnerie et ses Clubs de services, ou de participer à des réunions d’organisations secrètes à l’instar des BILDERBERG, etc.
  • Exclusion des Avocats, Notaires et autres agents financiers appelés à gérer des fortunes et à ouvrir leurs services au blanchiment d’argent.
  • Cette liste est non exhaustive.